L'écureuil d'Eurasie pèse entre 200 et 350 grammes pour une taille totale (sans la queue) de 18 à 25 cm, plus 16 à 20 cm pour sa queue, aussi longue que le corps.
 

Son pelage s'épaissit et s'allonge en hiver, ce qui rend les « pinceaux » des oreilles plus visibles.
Sa couleur varie du roux clair au brun-noir selon les saisons, le ventre est blanc.

 

Une longue queue « en panache » lui sert de balancier et de gouvernail lorsqu'il grimpe ou bondit, mais aussi de signal optique en période d'accouplement ou pour exprimer certaines « émotions ».

 

Mode de vie

L'écureuil roux est arboricole. On le trouve donc à proximité des bois et dans les forêts, notamment dans les forêts anciennes où il mène une vie individualiste, marquant ses itinéraires de repères olfactifs qu'il semble être seul à reconnaître, et cachant des stocks de graines ici et là.

Il ne perd son aversion pour ses congénères que lorsque la nourriture abonde, comme dans certains parcs.

Il pratique régulièrement le toilettage pour éliminer les parasites qui peuvent coloniser son pelage.

 

Il pratique pour cela les bains de poussière ou d'herbes, amassant aussi à cet effet des herbes, des mousses et des lichens dans des trous ou dans des souches d'arbres.

 

En hiver l’écureuil roux ralentit simplement son activité.

Il n'hiberne pas et les grands froids peuvent lui être fatals.

Dans ce cas il peut migrer massivement vers des régions où les températures sont plus clémentes.

 

Longévité

La longévité, en liberté, est au maximum de 6 à 7 ans et 10 ans et 5 mois en captivité.

 

Les causes de mortalité sont la famine, le trafic routier et les prédateurs (martres, rapaces diurnes et nocturnes, pies, chiens et chats domestiques).

 

Une des raisons de sa mortalité est dû à l'introduction de l'écureuil gris, envahisseur venu d'Amérique du Nord, qui détourne à son profit les ressources alimentaires et est porteur d'un virus mortel pour l'espèce rousse.

 

Dans une population, la mortalité est estimée à 70 % avant 1 an.

 

La survie est meilleure par la suite (74 % de survie annuelle chez les adultes).

 

Alimentation

L'écureuil roux est arboricole. On le trouve donc à proximité des bois et dans les forêts, notamment dans les forêts anciennes où il mène une vie individualiste, marquant ses itinéraires de repères olfactifs qu'il semble être seul à reconnaître, et cachant des stocks de graines ici et là.

 

Il ne perd son aversion pour ses congénères que lorsque la nourriture abonde, comme dans certains parcs.

 

Il pratique régulièrement le toilettage pour éliminer les parasites qui peuvent coloniser son pelage.

 

Il pratique pour cela les bains de poussière ou d'herbes, amassant aussi à cet effet des herbes, des mousses et des lichens dans des trous ou dans des souches d'arbres.

 

En hiver l’écureuil roux ralentit simplement son activité.

 

Il n'hiberne pas et les grands froids peuvent lui être fatals.

 

Dans ce cas il peut migrer massivement vers des régions où les températures sont plus clémentes.

 

Nid et reproduction

L'écureuil roux se construit plusieurs nids (appelés « hottes ») avec des branchettes et des brindilles, de forme ronde et un diamètre externe de 50 cm, et dont l'intérieur est tapissé de mousse et d'herbe. L'entrée du nid est positionnée vers le bas. Ils protègent l'animal, en particulier lors du repos hivernal : Sciurus vulgaris ne fait pas d'hibernation complète, il visite ses cachettes pour y prendre sa nourriture, en cas de mauvais temps, il peut tenir plusieurs jours sans sortir. Il occupe volontiers les nichoirs qu'on lui offre, s'il y a de la nourriture à proximité. Il peut alors devenir assez familier.

 

Le plus souvent, l'écureuil roux n'a qu'une seule portée par an, composée de 3 ou 4 petits, de mars à mai.

La maturité sexuelle est atteinte vers un an, à la fin de l'hiver, entre 10 et 12 mois (parfois 6 mois pour les mâles nés au printemps).

Les copulations ont lieu de décembre à juillet, mais surtout de janvier à mars. Le mâle se met en chasse et entre dans le territoire des femelles. Celles-ci sont réceptives pendant 1 seul jour et, une fois fécondées, bannissent le mâle du nid. Seule la femelle s’occupe des petits : elle les transporte ailleurs en cas de dérangement.

 

On compte 1 à 2 portées annuelles. La gestation dure 38 jours environ (de 36 à 46 jours) et en général la mère met bas seulement 3 ou 4 petits (de deux à sept au maximum car elle possède 8 tétines). Ils sont sevrés à 7 à 10 semaines et indépendants à 10 à 16 semaines.

Les petits naissent dans le nid, aveugles et dépourvus de poils qui apparaissent au bout de deux semaines. Vers 9 semaines, leurs yeux s'ouvrent et les incisives sortent. C'est l'âge auquel ils commencent à quitter le nid, mais la mère reste vigilante et les prend dans sa gueule pour les mettre en sécurité au premier danger. Lors des premières sorties, divers signaux sonores permettent de garder le contact, ce qui n'empêche pas 80 % des jeunes de mourir avant un an.

© 2020 Design DOCK José